Le lapin

La décision d’acquérir un lapin comme animal de compagnie est un engagement à long terme. En effet, la durée de vie moyenne est de 7 à 8 ans, voire plus.

Ce sont des compagnons très attachants, facilement éduqués à la propreté et capables d’interactions très riches.

Mais ces animaux demandent de l’attention et ont besoin d’un environnement adapté à leur mode de vie, d’une alimentation de qualité et de soins vétérinaires (vaccinations, soins dentaires…).

L’achat / l’adoption :

Le lapin est un animal sociable et peut cohabiter avec un congénère à condition que les deux soient stérilisés.

Il existe une grande variété de lapins avec des tailles, des pelages, des couleurs et des formes d’oreilles différentes.

Vous pouvez adopter votre futur compagnon en animalerie, chez un éleveur, chez un particulier ou dans des associations qui proposent des animaux abandonnés.

Vérifiez son état de santé avant votre achat et ne changez pas brusquement son régime alimentaire afin de ne pas perturber son système digestif.

L’arrivée à la maison :

Avant son arrivée, prévoyez tous les éléments nécessaires à son bien-être et à son confort : cage, litière, gamelles, coin cachette pour dormir…Le lapin doit toujours avoir à sa disposition : un point d’eau, du foin, un abri et un bac à litière.

Si vous laissez votre votre animal en semi-liberté à l’intérieur, veillez à protéger vos meubles et tous les fils électriques car les lapins aiment creuser et ronger. Il sera préférable de le surveiller lors de ses premières sorties.

Votre nouveau compagnon a besoin de temps pour s’habituer à son nouvel environnement.

Progressivement il va gagner en confiance et se laissera apprivoiser par les membres de sa nouvelle famille. Tout est affaire de patience, de calme et de douceur !

L’alimentation :

L’alimentation est un point essentiel pour maintenir votre lapin en bonne santé. Il est primordial de lui donner une alimentation de bonne qualité adaptée à ses besoins physiologiques.

Le foin et l’herbe, riches en fibres (pour une bonne motricité du système digestif) constituent la base de l’alimentation du lapin de compagnie. Le lapin est un herbivore strict.

Le foin doit être de bonne qualité, non poussiéreux et disponible à volonté. L’idéal est de le placer en hauteur afin qu’il ne soit pas souillé au sol.

Les légumes font partie du régime alimentaire :

  • légumes verts : chou, persil, fanes de carottes, endives, brocoli, trèfle… (pensez à bien les laver avant !)
  • fruits : gourmandises à donner occasionnellement.

Les aliments du commerce ne doivent pas être l’aliment de base de votre lapin mais peuvent être donnés en complément du foin. Privilégiez les granulés « spécial lapin » de bonne qualité.

Les friandises sont souvent riches en sucres et en gras (à l’origine d’obésité et de troubles digestifs) et sont donc inadaptées au régime alimentaire du lapin.

Les brindilles et branches d’arbres (fruitiers : pommiers, poiriers) permettent à votre lapin de ronger et favorise ainsi l’usure de ses dents.

Les compléments alimentaires (vitamines et minéraux) ne sont pas nécessaires si votre lapin a une alimentation équilibrée et n’a pas de problèmes de santé.

Les aliments interdits : chocolat, pain, céréales, graines, noisettes, noix, gâteaux ou sucreries, matières grasses, laitages.

L’eau est aussi un élément indispensable : Un lapin consomme entre 100 et 350 ml d’eau par jour.

L’eau doit être propre, fraîche et donnée en libre-service, dans un biberon par exemple. Vérifiez qu’elle ne soit pas trop riche en calcium (source de problèmes urinaires).

En résumé :

  • du foin à volonté
  • des végétaux verts frais matin et soir
  • de l’eau fraîche pauvre en calcium
  • des tubercules (carottes, topinambour, rutabaga) de temps à autre
  • des petits morceaux de fruits de manière exceptionnelle

L’éducation :

Le lapin est naturellement propre : en lui installant un bac à litière il comprendra en une à deux semaines que c’est à cet endroit qu’il doit faire ses besoins. Pour l’inciter à l’utiliser, vous pouvez mettre ses excréments dans ce bac durant les premiers jours.

Vous pouvez utiliser des litières pour chat non agglomérantes ou des litières végétales. Evitez la sciure car elle est souvent poussiéreuse et irrite les yeux du lapin.

Il faut manipuler votre lapin régulièrement dès son plus jeune âge afin de l’habituer à être porté. Ne prenez jamais votre lapin par les oreilles ! (réflexe otocardiaque) et évitez les contentions drastiques (risque de mort brutale) !

La reproduction :

La maturité sexuelle du lapin est atteinte entre 4 et 10 mois selon sa taille (les petites races sont plus précoces) et la saison (période de reproduction au printemps).

Chez la femelle, la période favorable à la fécondation dure de 4 à 10 jours mais ces périodes se succèdent : si les animaux ne sont pas stérilisés, il faut les maintenir séparés.

La gestation dure environ un mois. Cette espèce est particulièrement prolifique et on se retrouve vite avec une famille nombreuse impossible à gérer !

La stérilisation permet d’éviter la reproduction de votre lapin et chez la femelle, elle réduit les risques de cancer de l’utérus. Chez le mâle, elle permet d’éviter les problèmes de comportement comme l’agressivité et le marquage urinaire.

Les maladies :

Il est recommandé de faire vacciner votre lapin contre deux maladies graves : la myxomatose et la maladie virale hémorragique.

  • Les maladies infectieuses et la vaccination

La myxomatose : maladie mortelle due à un virus et transmise par les insectes piqueurs (puces et moustiques), très fréquente en France. Elle peut se transmettre directement par contact entre un animal malade et un animal sain. Elle se manifeste par des gonflements au niveau de la tête, des oreilles, des yeux et parfois des troubles respiratoires. La mort survient assez rapidement.

La maladie virale hémorragique : maladie mortelle due à un virus très contagieux qui se transmet par contact direct entre lapins mais aussi lors de contact avec l’homme, des objets ou la nourriture, parfois par les insectes. Il n’y a aucun symptôme évident, la mort survient en 12 à 36 heures par hémorragie.

La vaccination permet de protéger votre lapin contre ces deux maladies mortelles. C’est aussi l’occasion d’un bilan annuel qui permettra de vérifier l’état de santé de votre compagnon et répondre à vos questions sur son bien-être.

Quelques mesures simples à adopter : protéger votre lapin des moustiques (le rentrer le soir), veiller à la qualité du foin, laver vos mains, éviter le contact avec d’autres lapins.

  • Les maladies parasitaires :

Elles se transmettent d’un lapin à l’autre ou par l’environnement.

Les parasites internes : l’un des principaux est E.cuniculi responsable de l’encéphalitozoonose. Ce parasite peut résister plusieurs semaines dans l’environnement. De nombreux lapins sont porteurs de ce parasite sans exprimer la maladie mais sont contagieux pour leurs congénères. Un traitement préventif peut être administré dès l’achat de votre lapin.

Les symptômes les plus fréquents sont :

  • une inclinaison de la tête,
  • une paralysie des pattes arrières, des tremblements, des convulsions,
  • une perte d’appétit,
  • une insuffisance rénale, une incontinence,
  • des troubles oculaires (cataracte).

Certains lapins, bien que porteurs du parasite, n’exprime aucun symptôme mais un stress (adoption, changement d’habitat, arrivée d’un congénère, vaccination) peut provoquer l’apparition brutale des symptômes.

Des traitements existent et peuvent soigner votre lapin .

Les parasites externes : les principaux parasites du lapin sont les puces,  la gale et la teigne.

Le lapin peut avoir les mêmes puces que le chien ou le chat. Il existe aussi une puce spécifique au lapin. Elles provoquent des démangeaisons et des lésions cutanées. Des traitements sont disponibles mais attention certains produits sont toxiques pour le lapin. Bannissez l’automédication !

La gale des oreilles est une maladie fréquente et se traite bien avec des produits adaptés.

La teigne est une mycose : on peut observer des zones sans poils et des plaques circulaires rouges, parfois des croûtes. Ce champignon peut se transmettre à l’homme, il est donc impératif de traiter son animal.

L’utilisation des huiles essentielles est déconseillée chez le lapin : elles peuvent provoquer des allergies ou des brûlures.

  • Les maladies dentaires :

Le lapin possède une dentition particulière : il a 28 dents (3 paires d’incisives 2 en haut et 1 en bas ; 5 paires de prémolaires (3 en haut et 2 en bas) et 6 paires de molaires (3 en haut et en bas).

Les dents du lapin poussent tout au long de sa vie. Il est donc important qu’il puisse les user en mastiquant des aliments riches en fibres sinon il risque des problèmes de malformations dentaires.

Les affections dentaires sont la première cause de consultation vétérinaire et peuvent avoir une cause génétique (malocclusions dentaires surtout les incisives) ou alimentaire.

Les premiers signes sont : anorexie, perte de poids, salivation, ralentissement du transit digestif, parfois affections oculaires.

Pour prévenir ces maladies, l’alimentation doit être riche en foin et des objets à ronger doivent être mis à disposition.

  • Les maladies digestives :

Le système digestif du lapin repose sur un équilibre fragile, d’où l’importance d’une alimentation adaptée.

Les diarrhées : elles peuvent survenir lors de changement alimentaire sans transition, en cas d’obésité ou d’alimentation trop pauvre en fibres. Parfois, la diarrhée peut être importante et nécessite une consultation rapide car elle peut être fatale pour le lapin en quelques heures.

L’anorexie et arrêt du transit intestinal : de nombreuses causes sont possibles (troubles dentaires, intestinaux, douleur, stress…). Dans tous les cas c’est un motif de consultation.

  • Les autres maladies :

La pasteurellose : maladie très contagieuse. De nombreux lapins sont porteurs de cette bactérie qui peut s’exprimer à la faveur d’un stress ou d’un changement d’environnement.

Les maladies oculaires : œil rouge, gonflé, douloureux avec écoulements.

Les maladies respiratoires : rhinite, coryza, pneumonie. Le lapin est sensible aux courants d’air et aux infections (virales ou bactériennes :pasteurellose). Il peut être sujet à des allergies.

Les symptômes : respiration anormale, toux, ronflements, écoulement nez et yeux, éternuements.

Les pododermatites : c’est une inflammation du dessous des pattes fréquente chez le lapin et occasionnée par une litière inadaptée, un contact prolongé avec des urines, un surpoids et un manque d’activité.