La prévention

 Vaccination:

De nombreuses maladies infectieuses sont dangereuses pour la santé et même la vie de votre compagnon.

Pour une meilleure prévention, vaccinez le dès son plus jeune âge. Il pourra alors acquérir une défense immunitaire spécifique.

La vaccination représente une barrière essentielle dans la lutte contre certaines maladies.

 

Quand faut-il faire vacciner son chat ?

La vaccination du chat se fait dès lors qu’il n’est plus protégé par les anticorps de sa mère, c’est-à-dire vers l’âge de 2 mois.

Le chaton doit recevoir sa première injection à cet âge, et la seconde un mois plus tard. Ensuite, un rappel annuel est indispensable pour continuer de le protéger efficacement. De plus, les défenses immunitaires du chat baissent avec l’âge. Ne négligez donc pas ses vaccins même s’il est vieux.

 
Contre quelles maladies vacciner ?

  • Le typhus : cette maladie est très contagieuse et entraîne souvent la mort, surtout chez les chatons. Il s’agit d’une gastro-entérite virale : l’animal a une diarrhée importante à l’origine d’une prostration et d’une déshydratation.

Le virus responsable de cette maladie est très résistant et ne réagit pas efficacement aux médicaments ; la vaccination reste donc la meilleure arme contre le typhus.

  • Le coryza : cette maladie affecte l’ensemble des voies respiratoires du chat. Elle est rarement mortelle mais est très handicapante pour l’animal.

Elle se traduit par de la fièvre, des écoulements nasaux, des ulcères de la bouche, des conjonctivites infectieuses et un manque d’appétit. Si le chaton n’est pas traité à temps, il peut s’affaiblir très rapidement et mourir.

Le vaccin protège contre les principaux virus (calicivirus, herpesvirus) responsables du coryza. Un certain nombre de chats sont porteurs chroniques lors de calicivirose.

Les chats peuvent contracter le typhus ou le coryza même s’ils ne sortent jamais. Il est donc nécessaire de vacciner contre ces 2 pathologies tous les chats, même ceux qui ne vivent qu’à l’intérieur.

  • La leucose féline (FeLV) : cette maladie contagieuse, due à un rétrovirus de la même famille que le HIV humain, correspond pourtant davantage à une leucémie d’origine virale.

Le FeLV se transmet par l’ensemble des voies naturelles : sang, contact sexuel, salive, urines. La mère peut également contaminer ses petits lors de la gestation et de l’allaitement.

Cette maladie n’est en aucun cas transmissible à l’homme.

La leucose se manifeste par une baisse de forme, une perte de poids de, une anémie, l’apparition de ganglions et quelquefois de tumeurs.

C’ est une maladie sournoise car elle met longtemps à apparaître et une fois les symptômes installés, l’évolution est mortelle. C’est pourquoi la prévention est importante.

Le dépistage et la vaccination contre cette maladie sont donc indispensables, en particulier pour des chats amenés à sortir.

Il existe une autre virose de la même famille : le syndrome d’immuno-dépression (FIV),  pour laquelle il n’existe actuellement pas de vaccin.

  • La chlamydiose : elle entraîne surtout des problèmes oculaires et respiratoires. Sachez que si votre chat est touché par la chlamydiose, il est rarement possible de la traiter définitivement. Ainsi, votre chat peut sembler guéri mais rester quand même contagieux.

Cette maladie n’est cependant pas mortelle et concerne surtout les chats vivant en collectivité, dans les élevages.

Nous discuterons ensemble  de l’utilité de cette vaccination pour votre chat.

  • La rage : cette maladie est transmissible à l’homme et la vaccination de votre chat est obligatoire si vous séjournez dans un camping, si vous le placez dans une pension, si vous vous rendez dans une exposition ou à l’étranger.

La primo-vaccination contre la rage se fait en une seule injection lorsque le chaton a au minimum 3 mois, contrairement aux autres maladies. Les rappels restent annuels.

Sachez que si vous souhaitez faire garder votre chat dans une pension, toutes les vaccinations évoquées ci-dessus doivent être à jour. De plus, les rappels annuels sont très importants car la protection acquise grâce aux deux premières injections s’amenuise petit à petit et le chat n’est plus protégé. S’il entre en contact avec un chat contaminé, il contractera à son tour la maladie.

 

Quels chats vacciner ?

La vaccination est indispensable pour tous les chats, même ceux qui ne sortent pas! Pour optimiser leur protection, les chatons doivent être vaccinés dès l’âge de 2 mois puis, chaque année, ils doivent recevoir une injection de rappel.

Votre vétérinaire vous enverra des relances vaccinales pour vous aider à vous rappeler des dates auxquelles vous devez faire vacciner votre animal.

Attention : si le rappel de vaccination n’est pas effectué dans les délais prescrits, le protocole devra être recommencé depuis le début.

 

La vaccination, pensez-y avant qu’il ne soit trop tard! Demandez conseil à votre vétérinaire.

 

Vermifugation : 

Les chats peuvent être infestés par des vers ou d’autres parasites internes. Ils sont responsables de troubles digestifs, de maigreur, d’un pelage terne et de démangeaisons anales.

Certains parasites du chat peuvent également se transmettre à l’homme. Il est donc nécessaire de bien vermifuger son chat pour le protéger et se protéger.

On distingue deux grands types de vers : les vers ronds (ascaris,…)et les vers plats ou « ténias ».

  • les ascaris :

Le chaton peut être contaminé par sa mère lors de la gestation ou de la lactation. Le chat adulte se contamine en ingérant des oeufs de ces vers présents dans l’environnement.

Certains vers forment des pelotes dans l’intestin, causant irritation et obstruction.

Il faut vermifuger la mère régulièrement (au moment de la saillie, pendant la gestation puis au cours de l’allaitement).

Le chaton se vermifuge  dès l’âge de 15 jours  avec un vermifuge adapté. Il faudra renouveler ce traitement très régulièrement, tout au long de sa croissance, selon un calendrier dont nous pourrons discuter lors de votre première visite à la clinique.

De plus, ces vers représentent un danger pour l’homme et particulièrement pour l’enfant. En effet, la contamination des humains  peut conduire à des douleurs musculaires durables et invalidantes, une migration vers des organes nobles (oeil, cerveau, foie etc.) nécessitant des soins particulièrement lourds.

N’hésitez pas à vermifuger votre compagnon au moyen des médicaments que nous vous avons prescrits (et que vous pouvez renouveler à notre accueil) et selon le calendrier personnalisé que nous avons établi à votre intention.

La fréquence sera mensuelle chez les chatons, trimestrielle à semestrielle pour les adultes, à moins que le contexte (personne immunodéprimée, jeunes enfants etc.) ne conduise à conserver le rythme mensuel, seul efficace dans ce cas.

  • les ténias :

 La contamination s’effectue par l’ingestion de puces hébergeant les oeufs de ce parasite intestinal. les anneaux de ténias se voient parfois aux marges de l’anus ou sur le pelage du chat. une fois secs, ils ressemblent à de petits grains de riz .

Comme le chat se contamine en avalant des puces porteuses de larves de ténia, la vermifugation devra impérativement être associée à un traitement contre les puces pour être efficace.

  • le ver du poumon : Aelurostrongylus abstrusus

Le ver du poumon chez le chat est une maladie sous-diagnostiquée alors qu’il est détecté chez 50% des chats errants en Europe. Le diagnostic nécessite un examen coprologique.Les symptômes sont souvent des troubles respiratoires.

Une vermifugation de routine ne prévient pas l’infestation ou l’excrétion de larves dans l’environnement.

  • et la toxoplasmose?

Le toxoplasme est une coccidie qui est transmis aux chats à partir de l’environnement ou suite à l’ingestion de proies.

Le chat est une source possible de contamination pour l’homme. Néanmoins, il peut surtout ingérer des kystes de toxoplasme à cause de légumes mal lavés ou en consommant la viande peu cuite d’animaux infestés.

Les femmes enceintes non immunisées contre la toxoplasmose doivent éviter le contact à main nue avec les litières des chats. Si l’on respecte des précautions simples, il n’y a aucune raison de se séparer de son chat pendant une grossesse.

Il existe de nombreux parasites, intestinaux ou qui peuvent se développer dans d’autres organes comme les poumons, le coeur, la vessie… Nous pourrons vous prescrire le traitement le plus adapté à l’âge et au mode de vie de votre chat.

Enfin, pour les déplacements vers certains pays (GB, certains pays nordiques), une vermifugation particulière certifiée par un vétérinaire et obéissant à un calendrier très précis peut être exigée par les autorités locales.

Demandez nous conseil à ce sujet.

Traitement antiparasitaire externe :

Un chat peut être infesté par des puces et devient alors une source de contamination pour l’habitat (qui devient un réservoir de puces), et pour les autres animaux de la maison. La piqûre de puce irrite la peau et démange fortement votre animal . Elle peut provoquer des troubles cutanés, des allergies, des infections…

En se promenant à l’extérieur, votre chat peut aussi attraper des tiques.

Votre chat doit donc faire l’objet d’une surveillance attentive et de traitements antiparasitaires réguliers. Traiter en prévention, régulièrement et tous les animaux de la famille est encore la meilleure solution pour éviter une infestation massive.

Ces traitements existent sous différentes formes et ont des durées d’action plus ou moins longues.

N’hésitez pas à nous consulter : nous prescrirons à votre chat un traitement adapté et efficace et nous vous conseillerons sur la fréquence des traitements selon son mode de vie.